Le coin du littéraire
Salon d'accueil des auteurs et lecteurs
S'il vous plaît connectez vous ou Enregistrement'.
Date et heure en ce moment : vendredi, 7 octobre 2022, 02:11
Accueil  Chercher  Aide  Connexion  Enregistrement'  Membres

Nouveau message Répondre
Le coin du littéraire :: Vous écrivez ? Vous publiez ? :: Faites-vous connaître :: Une femme à la fenêtre de Francine Ségeste  ::
kdawen
Administrator
Image
Image

Messages: 46
Une femme à la fenêtre de Francine Ségeste (samedi, 7 février 2009, 10:04) citation  

www.ilv-edition.com/librairie/la_femme_a_la_fenetre.html

Quelle oeuvre superbe que "La femme à la fenêtre" de Francine Segeste !
Du moins, moi, je la trouve superbe.
Dramatique dégringolade d'une femme accumulant les gaffes ! Tout y passe, comme si vraiment Léa n'avait qu'un but : aggraver les choses, appeler la catastrophe.
Telle que se faire faire un enfant par un homme qu'elle pense quitter, puis deux autres dans une relation qu'elle sait ratée d'avance, lâcher un emploi qui pourtant lui plait et, bien entendu, sans assurer sa survie matérielle, refuser ou demander trop tard les aides auxquelles elle a droit...
Prémices de la descente insidieuse dans la folie qui la mène aux extrèmes de la dépersonnalisation ? Jusqu'à l'acte final le plus terrifiant qui soit !
Que penser de cette femme déchirée, traînant un passé obscur qu'elle révèle par bribes et s'obstinant à faire le contraire de ce qu'il faudrait pour s'en sortir ?
Et, ma question en tant qu'assistante sociale : que pouvait faire d'autre le service social que ce qu'il a fait ?
Face à une mère débordée et uniquement concentrée sur sa détresse personnelle, inconsciente au point de confier le sort de sa famille à un enfant de 10 ans jusqu'au drame inéluctable dont elle s'estime plus victime que responsable, que pouvait faire la société sinon assumer ce que Léa ne pouvait plus assumer elle-même ?
Dans un enchevêtrement touchant, Francine nous décrit la déchéance d'une femme détruite par son manque d'amour maternel, réel ou imaginaire...
A mon avis, ce roman ne peut pas laisser indifférent. Et la finesse d'écriture, l'intrigue malgré l'ordinaire si désolant de cette misère, le rythme et l'originalité ne font qu'ajouter à cette oeuvre si réaliste.
Quant aux fautes et erreurs, elles me laissent penser que, comme Olivier Bailly dans son "Du sang dans l'azur", Francine n'a peut-être pas eu le temps nécessaire pour relire son roman une fois de plus.
Mais cela ajoute au côté humain des existences inachevées. Comme celle de Léa. Et de son ptit bout. Merci Francine


Ip enregistré Statut: déconnecté Profil 
Nouveau message Répondre

Software PBLang 4.60 © 2002-2003 by Martin Senftleben
Image