MA   GONZESSE :

accueil Renaud
Discographie

1979

 1. Ma gonzesse
 2. Sans dec'
 3. La tire à Dédé
 4. Ch'timi rock
 5. J'ai la vie qui m'pique les yeux
 6. C'est mon dernier bal
 7. Le tango de Massy-Palaiseau
 8. Chanson pour pierrot
 9. Salut manouche
10. Peau aime (en public)

 

 

Ma gonzesse

 

[intro : C]

[C] Malgré le blouson clouté,
Sur [C] mes épaules de v'lours
J'ai [C] m'rais bien parfois chanter,
Autre [Dm] chose que la zone.
Un [Fm] genre de chanson d'amour
Pour [C] ma p'tite ama [Am] zone.
Pour celle qui
[D] tous les jours
Part [G] age mon cassoulet.

Ma gonz [C] esse, ce [Bb] lle que j'suis avec.
Ma prin [C] cesse, ce [Bb] lle que j'suis son mec.
Oh oh [C] oh

Faut dire qu'elle mérite bien, Qu'j'y consacre une chanson.
Vu que j'suis amoureux d'elle, Un peu comme dans les films,
Où y'a tous pleins de violons Quand le héros y meure.
Dans les bras d'une infirmière, Qu'est très belle et qui pleure.

Et puis elle est balancée, Un peu comme un Mayol,
Tu sais bien les statues Du jardin des Tuileries.
Qui hivers comme été Exhibent leurs guibolles
Et se gèlent le cul Et le reste aussi.

Ma gonzesse, celle que j'suis avec
Ma princesse, celle que j'suis son mec.
Oh oh oh

Pis faut dire qu'elle a les yeux, Tell'ment qu'y sont beaux,
On dirait bien qu'y sont bleus, On dirait des calots.
Parfois quand elle me regarde, J'imagine des tas de choses,
Que je réalise plus tard Quand on se retrouve tout seul.

Si tu dis qu'elle est moche Tu y manques de respect,
Je t'allonge une avoine Ce sera pas du cinoche
Mais si tu m'dis qu'elle est belle Comme je suis très jaloux,
Je t'éclate la cervelle Faut rien dire du tout,

De ma gonzesse, celle que j'suis avec
Ma proncesse, celle que j'suis son mec.
Oh oh oh

[Solo accordéon sur accord du couplet]

 J'aimerais bien un d'ces jours Y coller un marmot,
Ah ouais un vrai qui chiale et tout Et qui a tout le temps les crocs.
Elle aussi elle aimerais ça, Mais c'est pas possible,
Son mari y veut pas Y dis qu'on est trop jeune.

Ma gonzesse, celle que j'suis avec
Ma princesse, celle que j'suis son mec
Ma gonzesse, celle que j'suis avec
Ma princesse, celle que j'suis son mec
Ma gonzesse, celle que j'suis avec, ma princesse.

haut de page

Sans dec'

intro : [Bb ] / [ F7]
J'ai un [ Bb ] pote qu'est plein d'fric
Il est [ Eb ] musicien,
Il joue d'la gui[ F7 ]tare électrique
Avec [ Eb ] moi sur [ Bb ] scène
Quand il [ Bb ] joue trop fort,
Il fait [ Eb ] du larsène.
Alors j'lui [ F7 ] dis tu fais du lars[ Eb ]ène rupin.

[ Bb ] Sans dec'
J'vous [ Eb ] jure qu'c'est vrai [ Bb ] les mecs
[ Eb ] Croix de bois, croix [ Bb ] de fer
Si j'[ Eb ] mens j'vais en [ Bb ] enfer.

Les mecs qui disent que j'suis né
Sur un camion citerne
Parce que j'ai les jambes arquées
Et y paraît qu'ça se voit.
J'vais t'dire c'est des conneries
Parc'que le camion en fait
Il était pas si terne que ça.

Sans dec'
J'vous jure qu'c'est vrai les mecs
Jambe de bois, paille de fer
Si j'mens j'vais en enfer.

L'autre jour je m'réveille avec la gueule de bois
J'avais une sale tronche et les yeux cernés
J'ai r'gardé mes yeux et j'leur ai dit comme ça
Allez rendez-vous vous êtes cernés.

Sans dec'
J'vous jure qu'c'est vrai les mecs
Cheval de bois, rideaux de fer
Si j'mens j'vais en enfer.

Y paraît qu'un mec
Qui s'décolore les ch'veux
Il a l'air d'un trav'lo et c'est ridicule
Paraît qu'les trav'los
Quand on avance y r'culent
Moi j'trouve ça normal
C'est les trav'los de r'cule.

Sans dec'
J'vous jure qu'c'est vrai les mecs
Gueule de bois, chemin de fer
Si j'mens j'vais en enfer.

Avec mon frère jumeau
On s'ressemble vach'ment
Mais faut dire que nous deux
C'est lui le plus ressemblant
Le jour de notre naissance
Deux scarabées sont morts
Dès qu'un enfant rentr' dans la vie
Un vieillard en sort.

Sans dec'
J'vous jure qu'c'est vrai les mecs
Paul Préboit, gaston Defer
Si j'mens j'vais en enfer.

Sans dec'
J'vous jure qu'c'est vrai les mecs
Robin des bois, Rochereau d'Enfer
Si j'mens j'vais en enfer

Sans dec'
J'vous jure qu'c'est vrai les mecs
Dans la vie faut pas s'en faire
Si j'mens j'vais en enfer

Sans dec'
J'vous jure qu'c'est vrai les mecs
On a beau dire on a beau faire
Si j'mens j'vais en enfer

Sans dec'
J'vous jure qu'c'est vrai les mecs
Croix de bois croix de fer
Si j'mens j'vais en enfer

Sans dec'
J'vous jure qu'c'est vrai les mecs
Ou à l'endroit ou à l'envers
Si j'mens j'vais en enfer.

Sans dec'
J'vous jure qu'c'est vrai les mecs
...

haut de page

 

La tire à Dédé


[D] L'avait les roues ar [G] quées un peu [A] comme j'ai les [D] jambes
Sur l'toit et sur l'ca [G] pot l'avait [A] les deux bandes [D] blanches
Le volant en faux [G] bois les ban [A] quettes en vrai [D] skaï
Le klaxon qui jou [G] ait le pont [A] d'la rivière [D] Kwaï
Dédé l'avait fait [Bm] r'peindre en bleu [F#m] métalli [Bm] sé
Y disait qu'ça lui [E] rapp'lait l' ciel de son pa [A] ys
On a [D] jamais bien su où qu' c'est [Bm] qu'il était né
Vu qu'il était men [E] teur comme tous ceux de sa [A] race

Refrain :
Dans la [D] tire à Dédé
J'en ai [Bm] fait des virées
Quand j'y r' [E] pense aujourd'hui
Sur ma [A] mob je m'ennuie

Sur la lunette arrière y'avait l'autocollant
Avec « Allez les Verts » et sur la vitre avant
Y'avait marqué en blanc sur un fond bleu d'azur
  « Skiez à Val d'Isère et respirez l'air pur »
Elle pompait à peu près autant d'fuel aux cent bornes
Que Dédé buvait d' bières mais faut dire qu'y t'nait bien
Quand on s' tapait l' Sébastopol à 220
Pour qu' les flics nous rattrapent
Y fallait qu'y s' cramponnent

Refrain

Quand Dédé en tenait un coup dans les naseaux
Bien qu'j'ai pas mon permis c'est moi qui conduisait
J' prenais qu' les sens uniques pour semer les perdreaux
Et j' bouclais ma ceinture parc' que j' suis pas givré
On embarquait des grosses qui rôdaient en banlieue
Et qu'attendaient que nous pour s'éclater un peu :
  « Allez, montez les filles on s'arrache en vacances »
Dix bornes plus loin on leur f'sait l'coup d'la panne d'essence

Refrain

Mais une nuit des voyous, des vrais enfants d'salauds
Pendant qu' Dédé pionçait z'y'ont fracturé son box
Z'y'ont tiré son klaxon et son auto-radio
Ses cassettes de Mike Brandt et ses jantes en inox
Dédé, le lendemain, en voyant le tableau
Lui qu'avait une santé d'académicien
S'est chopé l'infarctus dont nous causent les journaux
Et l'a cassé sa pipe tout seul au p'tit matin

Refrain

Pauv' Dédé aujourd'hui, l'est au cimetière d'Pantin
Sur sa tombe on a peint deux bandes blanches, c'est super
Sa bagnole crève doucement tout au fond du jardin
D'un pavillon d' banlieue prés d'la ligne de ch'min d'fer
Les poules ont fait leur nid sur les sièges éventrés
La rouille a tout bouffé la peinture et les chromes
Le pare-brise et les phares dégommés par les mômes
Y reste bientôt plus rien d'la pauv' tire à Dédé

Dans la [D] tire à Dédé
J'en ai [Bm] fait des virées
Quand j'y r' [E] pense aujourd'hui
Sur ma [A] mob je m'ennuie

Sur ma mob je m'en [D] nuie

G D A D G D A D

haut de page

Chtimi rock

Intro : [E] / [B][A]

Depuis [E] qu'Eddy Mitchell est allé à Nashville
Tous [A] les rockers français ont carrément flippé
Ils [E] ont pris leurs guitares et ont quitté Belleville
Pour [A] aller faire du rock là-bas aux U.S.A.
Ils [E] font du rock'n-roll à Memphis Tenne [B7] ssee
Avec des musicos qui assurent comme [A] des bêtes
Ils vont à New Orléans ou à New York [B7] City
Pour trouver le meilleur feeling de la [A] planète
Mais moi pour l'éclater pas b'soin d'aller [B7] si loin
Je joue [A] du rock'n-roll à [B7] Lille RoubaixTour [E] coing.

Avec deux trois copains aussi mauvais que moi
On assassine Mozart, Bethov' et Chuck Berry
Avec le gros Lulu et sa guitare en bois
On fait du rock'n-roll qu'est carrémént pourris
Dans les bouges de Lille et les bistrots de Tourcoing
Où la bière coule à flot sous des tonnes de frites
On fait danser le twist et le rock aux copains
En jouant des vieux tubes de Johnny et d'Elvis
On a des blousons d'cuir et des vieux mocassins
On fait du rock'n-roll à Lille Roubaix Tourcoing.

Un de ces quat'matins on deviendra des pop stars
A nous les hits parade et puis à nous Guy Lux
Même si on est mauvais on garde quand même l'espoir
De connaître la gloire la fortune et le luxe
Mais on n'oubliera pas notre pays natal
Et on retournera Dimanche et jour de fête
Jouer comme autrefois dans tous les festivals
Pour trouver le meilleur feeling de la planète
On laissera pas tomber tous nos anciens copains
On f'ra du rock'n'roll à Lille Roubaix Tourcoing

On f'ra du rock'n'roll à Lille Roubaix Tourcoing

On f'ra du rock'n'roll à Lille Roubaix Tourcoing

Fin : [A]-[E]-[B7]-[E]

haut de page

J'ai la vie qui me pique les yeux

Intro : [E]-[B]-[B]-[E] (2*)

J'ai la [ E ] vie qui m'pique les [ B ] yeux
J'ai mon p'tit cur qu'est tout [ E ] bleu
Dans ma tête j'crois bien qu'il [ B ] pleut.
Pas beaucoup, mais un p'tit [ E ] peu.

[ E ] J'm'interresse plus à grand [ B ] chose
Même pas fatigué, j'me [ E ] r'pose
J'bois la vie à toute petite [ B ] dose,
J'vois plus la couleur des [ E ] roses.
Dans ma [ A ] guitare y'a plus [ E ] rien
Plus une [ B ] note, plus un [ E ] refrain.
Dans mes [ A ] doigts, y'a rien qui [ E ] tient
Dans ma [ B ] peau, y'a qu'du cha[ E ]grin.

J'ai la vie qui m'pique les yeux J'ai mon p'tit cur qu'est tout bleu
Dans ma tête, j'crois bien qu'il pleut. Pas beaucoup, mais un p'tit peu.

Au bistrot du temps qui passe, J'bois un verre à la terrasse.
J'me dis qu'à l'école de l'angoisse, J'suis toujours l'premier d'la classe.
Me raconter pas d'histoire : La vie c'est une tonne de cafards
C'est toujours un fond d'tiroir, C'est toujours un train qui part.

J'ai la vie qui m'pique les yeux, J'ai min p'tit cur qu'est tout bleu
Dans ma tête j'crois bien qu'il pleut. Pas beaucoup, mais un p'tit peu.

J'voudrais vivre rien qu'en vacances,
Qu'ce soit tous les jours bizance,
Qu'ce soit tous les jours l'enfance,
Dans un monde que d'innocence.
Mais j'vis au fond d'un abîme,
Tout seul, avec ma p'tite frime ;
Et dans mon dictionnaire de rimes
Avec amour, y'a qu'déprime.

J'ai la vie qui m'pique les yeux,
J'ai mon p'tit cur qu'est tout bleu
Dans ma tête j'crois bien qu'il pleut.
Pas beaucoup mais un p'tit peu.

Alors le soir avant qu'j'me couche
J'écoute chanter la pauvre souche,
Les mots qui sortent de sa bouche,
Ca m'fait tout drôle mais ça m'touche.
Et tout au fond d'sa détresse
Je découvre tellement de tendresse,
Que même si j'tombe et que j'me blesse
J'dis bonne nuit à ma tristesse.

J'ai la vie qui m'pique les yeux,
J'ai mon p'tit cur qu'est tout bleu
Dans ma tête j'crois bien qu'il pleut.
Pas beaucoup mais un p'tit peu.

J'ai la vie qui m'pique les yeux
Heureusement j'suis amoureux,
D'un p'tite fille qui m'rend heureux,
Pas beaucoup mais un p'tit peu.
Fin : [ E ]

haut de page

C'est mon dernier bal

N.B. Enregistrement original deux tons en-dessous.

"Et les copains, qu'est-ce qu'on fait c'soir, on va au cinoche ?
- Ouah l'autre, hé non laisse béton, j'ai une meilleure idée !"

Au [G7] cinoche de Créteil
Y [G7] jouaient que des pornos,
Moi [G7] ça m' disait trop [G7] rien
J' les [G7] avais déjà [G7] vus
J'ai [C] dis à mes copains
Y'a un [D] baloche à Sar [Em] celles
On [C] va y faire un saut,
Y'aura p't'être des mo [D] rues,
Et [G7] pis ça fait un baille
Qu'on [G7] s'est plus bastonné
[ G7] Avec de la flicaille
Ou des garçons bouchers.

[ G7] C'est mon dernier bal Ma dernière virée
Demain dans l' journal [ C] Y'aura mon portrait.

On a pris les bécanes Et on s'est arrachés Direction la castagne, La bière à bon marché.
Mais on était pas seul On avait emmené Deux trois amuse-gueules Dont l' port est prohibé
On veux pas provoquer Moi j' suis pas un fondu Mais faut bien dire c' qui est J' suis pas un ange non plus.

C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l' journal Y'aura mon portrait.

Arrivés à l'entrée Devant la pauvre caissière On voulait pas payer vingt-cinq balles c'est trop cher
Alors on a profité Pour une fois qu' y' avait pas L' service d'ordre de KCP Pour foncer dans l' tas
Et puis on s'est pointé Direct à la buvette Où on s'est enfilé Chacun nos huit canettes.

C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l' journal Y'aura mon portrait.

Y'avait une bande de mecs De l'autre coté d' la piste Qui nous mataient à mort Depuis un bon moment.
On s'est frité avec C'était vraiment pas triste, Pis on s'est réconcilié D'vant une bière en s' marrant.
D' nos jours dans les baloches, On s'exprime, on s' défoule :
A grand coup d' manches de pioches Une fracture, ça dessaoule.

C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l' journal Y'aura mon portrait.

Et l'espèce de ringard Qui jouait d' l'accordéon, On' y a fait bouffé Avec ses bretelles.
Maintenant il a une belle paire De poumons nacrés Et dès qu'i' tousse un peu I' recrache des boutons.
Quand ça a dégénéré En baston générale On a vu se pointer Les milices rurales.

C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l' journal Y'aura mon portrait.

Avec mon flingue d'alarme J'avais l'air d'un con Devant la Winchester De l'adjoint au maire
Y m'a dit : " N'avance pas Si tu bouge t'es mort " J'aurai pas dû bouger Maintenant je suis mort.
Dans la vie mon p'tit gars Y'a pas à tortiller : Y'a rien de plus dangereux Que de se faire tuer.

C'est mon dernier bal J'en ai reçue une Putain qu' ça fait mal De crever sous la lune !

C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l' journal Y'aura mon portrait.

haut de page

Le tango de Massy-Palaiseau

 

Intro : [Am] [Em] [B] [Em]/[B]

Y'a eu le [ Em ] tango des fauvettes Y'a eu le tango de [ B7 ] Manon
L'tango des bouches et d'la Villette Et le tango des papi[ Em ]llons.
Mais[ E7 ] moi et mes copains d'bistrot Celui qu'on aime par-dessus [ Am ] tout
[ D ]Celui qui nous rend vraiment fou C'est le plus grand, c'est le plus [ G ] beau.
C'est le tango de Massy-Palai[ B7 ]seau.
Avec le piano à bretelles Qui nous balance son tremollo
Avec la soupe aux vermicelles Qui fait de nous des grands costauds.
On fait danser les demoiselles En jouant les Marlon Brando
Faut les voir tourner les sauterelles Là-bas du côté d'Longjumeaux
C'est le tango de Massy-Palaiseau.
Et quand Landru ce vieux salaud Coupa sa femme en p'tit morceaux
Elle lui d'manda dans un sanglot Je t'en pris ne me scie pas les os.
Il répondit : " Je fais c'que j'veux Car je suis le roi du tango
Et je danse beaucoup mieux Que Rudolphe et Valentino "
C'est le tango de Massy-Palaiseau.
C'est en forgeant qu'on d'vient forgeron C'est en mangeant d'la soupe qu'on grandit.
Et c'est en jouant du bûcheron Qu'un jour Léonard De Vinci.
Mais moi si je deviens si sot Si j'ai des soucis d'puis l'berceau
C'est parc'qu'au bout d'la ligne de Sceaux Un jour j'suis passé par Massy
C'est le tango de Massy-Palaiseau.
[solo]

Et si je [Dm] chante ce tango Un peu débile, un peu [A] rétro,
C'est pour vous dire en quelques mots" Allez les gars : prenez l'[Dm]métro
Venez faire un tour par chez moi Où restent quelques vrais [Cm] Julots
Qui savent danser comme autrefois Le tango qu'ils ont dans la [Dm] peau
C'est le tango[A] de Massy-Palai[Dm]seau. "

haut de page

Chanson pour Pierrot



[Em] T'es pas né dans la rue [Am]
T'es pas né dans l'ruisseau [Em]
T'es pas un enfant perdu [Am]
Pas un enfant d'salaud [Em]
Vu qu't'es né dans ma tête [Am]
Et qu'tu vis dans ma peau [Em]
J'ai construit ta planète [Am]
Au fond de mon cerveau [B7]

Pierrot, mon [Em] gosse, mon frangin, mon poteau [Am]
Mon copain tu m'tiens chaud [D]
Pierrot [Em]

Depuis l'temps que j'te rêve
Depuis l'temps que j't'invente
De pas te voir j'en crève
Et j'te sens dans mon ventre
Le jour où tu ramène
J'arrête de boire, promis
Au moins toute une semaine
Ce s'ra dur, mais tant pis

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau
Mon copain tu m'tiens chaud
Pierrot

Qu'tu sois fils de princesse
Ou qu'tu sois fils de rien
Tu s'ras fils de tendresse
Tu s'ras pas pas orphelin
Mais j'connais pas ta mère
Je la cherche en vain.
Je connais qu'la misère
D'être tout seul sur le ch'min

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau
Mon copain tu m'tiens chaud
Pierrot

Dans un coin de ma tête
Y'a déjà ton trousseau
Un jean, une mobylette
Une paire de Santiago
T'iras pas à l'école
J't'apprendrai les gros mots
On jouera au football
On ira au bistrot

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau
Mon copain tu m'tiens chaud
Pierrot

Tu t'lav'ras pas les pognes
Avant d'venir à table
Et tu m'trait'ras d'ivrogne
Quand j'piquerai ton cartable
J't'apprendrai des chansons
Tu les trouveras débiles
T'auras p't'être bien raison
Mais j's'rai vexé quand même

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau
Mon copain tu m'tiens chaud
Pierrot

Allez viens mon Pierrot
Tu s'ra l'chef de ma bande
J'te r'filerai mon couteau
J't'apprendrai la truande
Allez viens mon copains
J't'ai trouvé une maman
Tous les trois ça s'ra bien
Allez viens, je t'attends

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau
Mon copain tu m'tiens chaud
Pierrot

haut de page

Salut manouche

Intro : Am

Quand tu t'es pointé sur la zone
Qui pousse au pied d' mon HL[ G ]M,
Tu as garé ton vieux Saviem
Près d'un py[ Am ]lône.
Z'avez rangé vos caravanes
Comme les chariots dans un wes[ G ]tern.
Soudain dans ma banlieue minable
C'était moins [ Am ] terne.
Toi, ta fa[ Dm ]mille, tes chiens, tes mômes,
Tes cousins, [ G ] tes frangins, tes poules,
C'est comme une [ F ] grande bouffée d'ozone,
Quand ça dé[ G ]bou[ Am ]le.

Salut l' gitan,
Salut l' manouche.
Tu t' souviens d' moi ?
Tu m'avais filé ton ca[ G ]nif,
Toi tu t' prends toujours pour Cartouche.
Moi j'ai tou[ F ]jours pas [ E ] mon cer[ Am ]tif'.

Mario fait toujours le rémouleur ?
Angelo fabrique ses paniers ?
Moi j' sais bien qu' dans ces p'tits métiers,
Pour faire son beurre.
Il faut avoir des à-côtés,
Toi t'en as toujours eu un max,
Du genre qui font que quand t'es gaulé,
Et ben tu casques.
Tiré la bagnole à un cave,
J'appelle pourtant pas ça un crime,
C'est toujours aux bourgeois qui friment
Qu' tu les chouraves.

Salut l' gitan,
Salut l' manouche.
Tu t' souviens d' moi ?
Tu m'avais filé ton vieux peigne,
cigarillo au coin d' la bouche,
T'as bien toujours la même dégaine.

T'as toujours ton sacré clébard,
Croisement d' bâtard avec bâtard ;
Tu voulais m' le vendre un milliard,
J' les avais pas.
T'as encore un nouveau tatouage,
Moi j'ai qu'les trois points sur la main.
Mais j' me suis fait percer l'oreille
Par un copain.
Mais ça plaisait pas au dirlo,
Alors y' m'a viré d' l'école.
Si j' le croise dans la rue c' mariole
J' lui fais la peau.

Salut l' gitan,
Salut l' manouche,
Tu t' souviens d' moi ?
T'avais failli m' donner ta montre,
Ma mère m'a dit qu' t'avais l'air louche.
Moi j' me fous d' c' que les vieux racontent.

Si tu r'tournes bientôt aux Baumettes
Essaie d' dire bonjour à mon vieux :
Dis-y qu' j'ai r'trouvé ses lunettes
Au d'sous d'son pieu.
Dis-y qu'y s'inquiète pas pour moi :
Son fiston c'est pas un gadjo.
Dès qu' j'ai quinze ans j' trouve un boulot
Et j' fais comme toi :
J' me paye une vieille DS ruinée
Une caravane et un clébard,
Je laisse les cons dans leur clapier,
Et puis j' me barre.


Salut l' gitan,
Salut l' manouche.
Tu t' souviens d' moi ?
Tu m'avais filé ton canif,
Toi tu t' prends toujours pour Cartouche.
Moi j'ai toujours pas mon certif'.

haut de page

Peau aime

[Pas de musique, Renaud le dit comme un poème]

J'ai garé ma mobylette
Devant l'entrée des artistes
J'ai laissé la porte ouverte
Pour avoir un il sur elle.
Il faudrait pas qu'on profite
Que j'suis en train de vendre ma cam'lotte
Pour s'débiner sur ma chiotte.
J'ai beau mettre des antivols,
Ca fait la neuvième qu'on m'pique,
Ca fait la onzième qu'on m'vole.
Quoi ?
Qui c'est qui dit qu'c'est pas vrai ?
Toi ?
Bah t'as raison mon pote.
J'ai jamais eu de mobylette
Où alors quand j'étais p'tit,
Et j'l'avais acheté avec les ronds d'mes économies.
Laisse béton j'démystifie.
Non, maintenant j'ai une Harley,
Une grosse qui a un grand guidon, une grande fourche, une grande roue,
Un grand trou dans mon budget.
Ma bécane c'est comme un ch'val.
Ca tombe bien j'suis conçu pour :
Elle est faite pour épouser la forme de mes jambes arquées.
Sans blague, t'avais pas r'marqué ?
Avec elle j'suis un cow-boy,
J'suis shérif dans mon quartier.
Porte d'Orléans, j'fais la loi.
Par ici on y croit pas.
Dans l'quartier on m'traite de goye.
(C'était pour rimer avec cow-boy).
Et tous les apaches de Paris
Qui m'voient passé sur ma bête,
Y s'fendent la gueule,
C'est pas gentil.
Laisse béton j'démystifie.
J'ai laissé mon perfecto
Derrière, dans la coulisse,
Accrochée au porte-manteau
Et pis j'ai eu peur qu'i'glisse
Entre les doigts du tôlier queBien qu'ce soit un brave mec,
Qu'aimerai bien m'le chouraver.
Alors j'viens sur scène avec.
Là, j'ai un insigne SS,
L'initiale de ma gonzesse,
Que c'est même pas ma gonzesse,
C'est la femme à mon copain,
Que c'est même pas mon copain.
Parce que moi j'ai pas d'copains,
Pas d'amis, pas d'parents, pas d'relations.
Ma famille c'est la prison,
Mon copain, c'est mon blousion,
C'est mon surin.
Quoi ?Qui c'est qui dit qu'c'est pas vrai ?
Toi ?
Bah t'as raison mon pote.
Des copains j'en ai des tonnes
Toutes les nuits, dans tous les rades,
Tous les paumés, tous les ivrognes,
Tous les fous, tous les malades,
Qui devant un perroquet, une Kanter ou un p'tit joint
S'déballonnent dans un hoquet,
Et r'font le monde à leur image.
Tous ces mecs c'est mes copains.
Touche pas à mon copain !
" Sort dehors si t'es un homme ! "
Moi, euh, dans ces cas-là j'sors pas.
Dans ma tête j'suis pas un homme,
Dans ma tête j'ai quatorze ans
Dans les muscles aussi d'ailleurs.
J'parlais des muscles des bras.
" Eh tu veux m'casser la tête ?
Bah qu'est-ce t'attends ? Vas-y ! "
Laisse béton j'démystifie.
Sur l'bras droit j'ai un tatouage :
Y'a une fleur, y'a un oiseau, qui s'envolera plus jamais
Pis y'a l'prénom d'une souris.
Une souris qu'est tellement belle

Qu'i'faudrait que j'm'appelle Verlaine
Pour trouver les mots pour la décrire un peu.
Mais je vais essayer quand même.
Dans ces yeux, y'a tant d'soleil,
Que quand elle me regarde, je bronze.
Dans son sourire y'a la mer,
Quand elle me parle, je plonge.
Quand j's'rais grand, on s'mariera,
Pis on aura pleins d'enfants,
Même que ce s'ra un garçon,
Même qu'i's'appellera Pierrot.
Eh laisse-moi fermer les yeux, ouais, laisse-moi rêver un peu.
Sur l'bras gauche y'en a un autre :
Un poulbot qui a une gueule d'angeEt qui joue d'l'accordéon.
Pis en-d'sous y'a mon prénom.
Euh, y'en a qu'ça dérange ?
Dans l'dos, j'voulais m'faire tatouer un aigle,
Aux ailes déployées,
On m'a dit y'a pas la place.
Non, t'es pas assez carré, alors t'auras un moineau.
Eh, y'a des moineaux rapaces !
Ca fait marrer mes conneries ?
Laisse béton j'démystifie.
Bon c'est l'heure, moi j'ai fini,
J'vous voie tout à l'heure au bar,
J'vais m'jeter un p'tit Ricard,
Et ça, c'est pas des conneries !

haut de page